A Ricerca | Le portail de la Recherche de l'Université de Corse
A Ricerca |
Attualità

L'Université de Corse reçoit les membres fondateurs du consortium Euroméditerranéen le vendredi 25 avril

Vendredi 25 avril 2014 à partir de 08h30
Réunion du consortium Euroméditerranéen

Institut d'études scientifiques, Cargèse

 

 

 


L’Université de Corse reçoit les membres fondateurs du consortium Euroméditerranéen le vendredi 25 avril à l’Institut d’études scientifiques de Cargèse. Lors d’une précédente réunion le 13 décembre dernier à Nice, Paul-Marie Romani, Président de l’Université de Corse, avait en effet suggéré qu’un point régulier soit fait pour continuer à structurer le consortium et avait proposé d’accueillir les universités partenaires en Corse, afin de renouveler la convention.

Un point presse viendra conclure la matinée, à l’Institut d’études scientifiques de Cargèse, afin de présenter l’avancée des travaux.

LE CONSORTIUM EUROMÉDITERRANÉEN
Les Universités de Toulon, Nice Sophia Antipolis, Corse Pasquale Paoli, Pierre et Marie Curie (liée à la Méditerranée par son «Observatoire Océanographique de Villefranche-sur-Mer »), et les universités de Gênes, Pise et Turin s’inscrivent dans un environnement riche ouvert sur les Alpes et la Méditerranée. Ces Universités partagent une même vision universaliste, humaniste et de développement durable où se conjuguent culture, sciences et technologie. Ces établissements voisins nouent depuis de nombreuses années des collaborations et partenariats dans les domaines de la formation, de la recherche et de la documentation.

Aujourd’hui, avec la mise en place de l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche, du renforcement de la coopération Euro Méditerranéenne, les synergies entre ces institutions doivent se renforcer avec une forte dynamique transfrontalière.

Cette perspective élargit l’échelle des responsabilités des sept Universités et les conduit à intensifier leur collaboration dans le cadre d’une politique concertée ayant pour objectif la constitution d’un consortium de recherche et d’enseignement supérieur. Le groupe ainsi constitué permettra d’offrir à ses étudiants une palette de formations et de parcours d’excellence (en particulier pluridisciplinaires) et à ses chercheurs des partenariats thématiques renforcés de recherche transdisciplinaires. L’accent mis sur les spécificités européennes et méditerranéennes du consortium, appuiera son rayonnement international et son attractivité. Son ancrage dans ses environnements locaux, régionaux, transfrontaliers et européens, sera ainsi renforcé.

Dans le cadre de la consolidation de la coopération euro méditerranéenne, ce consortium a vocation à devenir le pivot de projets de recherche et de formation transfrontaliers avec au centre de sa démarche, les thématiques communes aux territoires et écosystèmes de déploiement de ces universités. Fort de 230 000 étudiants et de 15 500 chercheurs et enseignants-chercheurs, il associe à son action un vaste réseau secondaire de partenaires institutionnels, publics ou privés.

La présente convention ne crée pas une entité juridique supérieure affectant les prérogatives et missions statutaires des établissements, qui s’engagent à mutualiser leurs forces dans un exercice partagé de leurs compétences au service du plus grand nombre d’objectifs communs.

L’intention du consortium est de constituer une dynamique forte de coopération transfrontalière entre la France et l’Italie. Sur le plan culturel, ce groupement renoue avec l’héritage intellectuel et artistique des territoires concernés. Dans le futur, les partenaires réunis par convention pourraient participer avec des collectivités à caractère économique, à l’élaboration d’une structure compatible avec les enjeux européens. Ces collectivités à caractère économique pourraient s’appuyer sur les universités partenaires pour développer une structure transfrontalière de type GECT, instrument puissant pour la cohésion sociale, économique et territoriale.

PROGRAMME DU VENDREDI 25 AVRIL

08h30 : Atelier de travail
• Finalisation de la convention de partenariat
Il s’agit de la proposition faite par l’Université de Nice Sophia Antipolis sur la base de la convention de 2008. Une des priorités sera de lister les axes de recherche prioritaires pouvant déboucher sur un premier appel conjoint ou sur une stratégie partagée dans le cadre de H2020 ou d’autres programmes.

• Travail préparatoire pour le prochain appel lié aux Masters dans le cadre d’Erasmus+
Cette démarche viendra en appui aux priorités scientifiques. Il conviendra éventuellement de préciser les moyens susceptibles d’être mobilisés par chaque université pour faciliter la rencontre des enseignants-chercheurs susceptibles de s’impliquer dans cette démarche notamment au travers d’ateliers préparatoires dédiés à des projets de Masters.

• Rapide point sur la plateforme informatique : présentation et échanges. Hébergée et administrée par l’Université de Corse, cette plateforme sera publique, bilingue et chaque université disposera de droits pour proposer les articles.

• Point presse
Afin de clôturer la matinée, un point presse sera organisé afin de présenter l’avancée des travaux.

12h00 : Déjeuner de travail à l’IESC.

15h00 : Clôture

LES MEMBRES FONDATEURS PARTICIPANT À LA RÉUNION

• Marc Saillard, Président de l’Université de Toulon
• Laurent Buisson, Vice-Président de l’Université Paris VI
• Elisa Bricco, Représentante de l’Université de Gênes
• Frédérique Vidal, Présidente de l’Université de Nice
• Stéphane Ngomai, Vice-Président de l’Université de Nice
• Marco Guidi, Vice-Président de l’Université de Pise
• Johan Fauriat, Représentant de l’Université de Turin
• Giovanni Balcet, Vice-Président de l’Université de Turin
• Paul-Marie Romani, Président de l’Université de Corse
• Thierry Antoine-Santoni, Vice-Président de l’Université de Corse
• Fabien Flori, Chargé de mission de l’Université de Corse

 

 

 

 

JEROME CHIARAMONTI | Mise à jour le 02/03/2017
Rendez-vous

Vendredi 25 avril 2014 à 08h30

Institut d'Etudes Scientifiques, Cargèse, Cargèse